Bilan chiffré : 1% de déchets en un an !

Marc commente le poubellomètre – Vendredi 7 septembre 2018 à Apollonia (Photo SOSD)

A l’occasion de notre apéro-bilan, dans le très accueillant jardin de l’association Apollonia à la Robertsau, les chiffres sont tombés et ils sont très bons (!!) : en un an, nous avons produit 7,5 kg de déchets résiduels (poubelle bleue), soit 1% du poids moyen des déchets produits par un habitant de l’Eurométropole de Strasbourg sur la même période ! C’est peu dire que nous sommes fiers de ce résultat, que nous avons pu partager en live avec nos amis, lors de notre soirée festive de clôture du défi SOSD.

Fournitures scolaires dans la poubelle Joker

Ce vendredi soir, nous avons procédé à l’ouverture et à la pesée de notre poubelle Jocker et de nos bacs individuels. Pour rappel, ces bacs étaient destinés à recueillir soit les déchets admis comme exceptions à notre défi, déchets scolaires et professionnels, soit les déchets inévitables, car non-recyclables encore.

Dans la poubelle Jocker, comme prévu, les déchets plastiques issus des fournitures scolaires d’Alice et Simon, notamment les couvertures des cahiers d’école imposés par l’Education nationale. A chaque rentrée, le même constat : le chemin est encore long, jusqu’au jour où l’Ecole fera de la réduction des déchets un thème central de ce qu’ils faut apprendre et transmettre aux enfants…

Poubellomètre final ! (doc. SOSD)

Cette rentrée-ci encore, Alice avait essayé d’éviter les boîtes de mouchoirs jetables réclamées par son instit’ ou encore de remplacer l’ardoise en plastique par une ardoise en… ardoise. Que nenni, elle s’est heurtée à l’opposition de son maître d’école : « L’ardoise en ardoise est trop lourde, il sera difficile de la soulever quand je le demanderai », « tous les élèves doivent avoir le même matériel, pourquoi elle et pas une autre »… Bref, c’est pas gagné.

Au contenu de cette poubelle Jocker, nous avons ajouté deux sacs d’aspirateur (lorsque notre aspirateur sera mort, il faudra penser à en trouver un qui ne nécessite pas de sacs), notre tisanière et nos tasses ébréchées.

Tubes de dentifrice essorés et brosses à dent usagées

Puis vint le dépouillement de nos bacs individuels, qui nous a permis de passer en revue les divers épisodes de notre année de défi. Pour moi, les restes de mes bricolages, de mes soins, de mes maladresses et notre filtre à eau ; pour Marie, des plastiques d’emballage alimentaires ou de produits d’hygiène, du verre cassé ; pour Simon, des papiers de bonbons, des feutres, des restes de loisirs créatifs ; pour Alice, la porte du garage de sa maison de poupée, des perles et une couronne de fleurs fil-de-ferrée ; pour tous, des tubes de dentifrice essorés et des brosses à dent usagées.

Le tout fait 7,5 kg, soit 1,9 kg par personne. Rapporté aux 252 kg qu’en moyenne un habitant de notre Eurométropole produit chaque année, c’est peanuts, non ? Défi relevé donc, côté déchets.

Une conclusion : réduire ses déchets, ce n’est pas seulement possible, mais c’est facile. Toutes les solutions sont là pour qui accepte de faire un pas de côté et de changer peu à peu ses habitudes. La production de déchets étant évidemment liées à notre mode de consommation, se donner pour objectif de ne rien acheter de matériel pendant un an est un moyen salvateur de mettre en crise ce mode de consommation pour lui redonner du sens. Bien sûr, nous allons reprendre nos achats, mais avec un discernement, peut-être faut-il dire une lucidité plus affûtée encore pour en éviter les pièges, en particulier leur empreinte écologique.

Encore en ligne pendant au moins un an

La suite ? Ce blog restera en ligne pendant un an, vous pourrez vous y replonger de temps en temps pour y piocher des idées, nous en serions très heureux. Peut-être y aura-t il encore l’un ou l’autre billet, ne serait-ce que pour partager avec vous nos impressions ou expériences de « sortie de défi ». Et peut-être nous retrouverons-nous, dans un an ou plus, pour une nouvelle aventure.

Merci à vous tous de nous avoir accompagnés durant cette expérience et à bientôt !

4 commentaires sur “4”

  1. Bravo, votre blog m’a beaucoup « inspirée » cette année !

    Au-delà du challenge relevé, votre petite Alice semble prête à prendre la relève, une victoire supplémentaire.

    Bonne continuation à tous !

    1. Merci !! Effectivement, les enfants, chacun à leur manière, s’imprègnent et mûrissent des idées véhiculées par l’écologie : humanisme, respect de la vie, sobriété, projection dans l’avenir. Néanmoins, la frontière est toujours mince entre éducation et embrigadement… L’idée est aussi qu’ils fassent croître leur libre arbitre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *