Blisters dans la boîte aux lettres : retour aux envoyeurs

Supplément sous plastique de l’EMS Magazine (Photo MH / SOSD)

Après Charlie Hebdo et ses 4 envois hebdomadaires (!) avant d’enfin suspendre l’abonnement, c’est au tour de l’Eurométropole de Strasbourg de nous imposer du plastique dans la boîte aux lettres. Or, si les motivations poussant l’équipe de Charlie à distribuer son journal sous blister sont ce qu’elles sont, traumatisme morbide oblige, celles de l’intercommunalité strasbourgeoise sont moins nobles. Communiquer, au risque de friser l’incohérence entre politique affichée, celle d’une collectivité qui se targue d’être lauréate de la démarche nationale « territoire zéro déchet zéro gaspillage », comportements encouragés avec sincérité par certains élus, et réalité appliquée.

Petite missive au président de l’Eurométropole

Du coup, dans l’enveloppe destinée aux responsables du déchet que nous ne souhaitons pas assumer, nous nous sommes fendus d’une petite missive à l’attention du président de l’EMS, que voici :

« Engagés dans une aventure personnelle et familiale « sans objet et sans déchet » pendant un an (à suivre sur notre blog*), en adéquation avec les objectifs affichés de l’Eurométropole de Strasbourg dans la démarche « territoire zéro déchet, zéro gaspillage », nous nous étonnons de recevoir dans notre boîte aux lettres la communication de la collectivité sous blister.

N’étant plus équipés de poubelle, autre que renfermant les rares résidus de notre consommation quotidienne (« poubellomètre » à découvrir sur le blog), nous nous voyons dans l’obligation, comme nous le faisons en pareilles circonstances avec d’autres, de renvoyer ci-joint l’emballage en plastique transparent et ce qu’il contient.

Nous regrettons que la démarche publique affichée n’aille pas dans ce degré de ce que le service communication de la collectivité considèrera peut-être comme du détail, mais qui pour nous pèse lourd dans notre bilan final. A noter que pour fêter les 50 ans de l’intercommunalité, un numéro spécial augmenté de « Eurométropole Magazine » (recyclable, via la poubelle jaune) aurait permis d’éviter cet emballage de publications synchronisées.

En espérant que ce morceau de plastique superfétatoire ne soit qu’un loupé isolé (à l’échelle des quelque 220 000 foyers de l’EMS quand même…). »

Charlie Hebdo, 4 semaines pour suspendre un abonnement (Photo MH / SOSD)

A noter qu’il serait bon que ces retours aux envoyeurs ne soient pas trop fréquents… Parce que ça nous coûte cher en timbres et qu’en plus, nous ne pouvons pas racheter d’enveloppes A4 avant 10 mois et demi et qu’il n’en reste pas non plus des tonnes ! A bon entendeur 😉

1 commentaire sur “1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *