« Bye bye Titine », où quand l’auto ne passa pas le contrôle technique

Robot ZD, mangeur de déchets (Simon G.)

Ce qui devait arriver arriva. C’était prévisible, mais pas prévu. Le timing m’amuse, vraiment. Alors que l’été approche, que les longs trajets en voiture se profilent, Marc fait son devoir et amène « Titine », sa chère Ford mise en circulation en avril 2000 (263 000 kilomètres au compteur) chez le garagiste pour le contrôle technique. Ces dernières années, nous avons eu quelques réparations à faire, rien de méchant. Je suis assez confiante, n’y pense pas vraiment, en fait. Je viens d’ailleurs d’envoyer le chèque semestriel à l’assurance.

Il rentre sombre, la sentence tombée

Marc, lui, est plus tendu. Et rentre, sombre, la sentence tombée : freins arrières et pneus à changer, problème d’opacité des gaz d’échappement – en même temps, ça m’étonne pas trop, vu le nuage de fumée marronnasse qui s’échappe du cul de la bagnole à chaque fois qu’on démarre ! Ah, ces écolos qui roulent avec un vieux diesel, à baffer. Cherry on the cake, après ces minces réparations (environ 1000€), il nous faudrait encore repasser un CT plus complet, qui entre en vigueur le 20 mai 2018.

Temps de pause. Et accord familial : Titine va partir à la casse. Stop à l’anthropomorphisme – nan mais qui donne un prénom à sa voiture ?! – notre carrosse à fait son temps et même la naturopathie ne peut rien pour lui. Sauf que nous nous en servons assez régulièrement : allers-retours hivernaux et nocturnes au karaté avec les enfants, au boulot de temps en temps, pour les grosses courses en magasins bio ou les escapades familiales, proches ou lointaines. Crispation. Doutes.

Petits matins glacials où Marc part au boulot au chaud dans son auto

Depuis des mois, dès le début du défi SOSD en fait, nous envisagions le scénario du « sans voiture ». Désirable, mais tout de même : et les vacances ? Et le stage en Belgique ? Et les petits matins glacials où Marc part au boulot au chaud dans son auto ? Et les anniversaires des copains des enfants organisés dans les zones commerciales de Vendenheim ou La Vigie (Trempoline Park, Tubi Tuba et consorts) ?

On fera sans. D’abord parce qu’acheter une voiture n’a jamais été un achat plaisir, ni pour l’un, ni pour l’autre. Ensuite, parce que trouver des solutions alternatives à nos habitudes polluantes fait partie intégrante de notre démarche quotidienne depuis plusieurs années. Parce que nous prenons – avec plaisir et esprit tranquille – les transports en commun, trains, bus ou tram. Et que nos vélos sont nos amis.

Parce qu’enfin nous envisageons un autre achat. Oui, à trois mois de la fin de notre année sans achat ! Tin tin tin… roulement de tambours. (La suite dès que.)

5 commentaires sur “5”

  1. L’autopartage fonctionne très bien à Strasbourg (CITIZ). Je suis membre depuis plus de 2 ans, et comme l’a dit quelqu’un récemment à une réunion, c’est tous les avantages de la voiture sans les emm…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *