Dérapages SOSD : ça sent la fin !

Achats pour le camping car (Photo SOSD)

Dans quelques jours, nous amorcerons le dernier mois de notre défi SOSD. Paradoxalement, la proximité de l’échéance que nous nous sommes fixée a  tendance à ramollir mes résolutions au lieu de les renforcer, dans un ultime coup de collier. J’ai envie de tout en passant devant les vitrines de soldes ; mon Moi consumériste réclame du neuf, du produit, de l’achat ! C’est à pleurer, j’vous jure…

Deux t-shirts, une chemise et un pantalon « pour le travail »

Bref, parce que je ne suis pas du genre à m’apitoyer, j’ai franchi la ligne rouge à deux reprises, sans (trop de) culpabilité. Par honnêteté intellectuelle, j’en fait ici état. Pour mon séminaire de naturopathie d’abord, mi-juillet, les vêtements blancs sont exigés pour exercer nos talents de conseillers en hygiène vitale et praticiens en massages bien-être  auprès de nos consultants. Alors que je n’avais que partiellement rempli la commande l’année dernière (deux t-shirts blancs dans ma garde-robe, that’s all), j’ai décidé d’acheter deux nouveaux t-shirts immaculés, portant le nombre à quatre (pour cinq jours de travail), mais également une chemise et un pantalon. « Pour le travail », hein.

La semaine suivante, ensuite, j’ai fait un tour à la Droguerie du Cygne, Grand’rue à Strasbourg, et y ai acheté deux brosses pour la vaisselle, l’une pour la maison (la nôtre est très usée, au bout de près de six mois de bons et loyaux services), l’autre pour le camping-car. J’ai également pris deux couteaux d’office et un économe pour nos road-trips. Avoir un peu de bon matériel nous garantit de ne pas toujours finir au resto, ce qui est plutôt mieux pour nos finances et notre santé ! Pendant mon séminaire, Marc a également acheté des éponges classiques pour récurer nos sanitaires, il en avait marre de frotter comme un damné avec une lavette microfibre…

Là s’arrêtent nos péchés. Qui, j’en ai bien peur, risquent de se reproduire si nous ne mettons pas le holà rapidement. Parce qu’une fois la ligne rouge franchie, on reste bien souvent de l’autre côté…!

Emballages de biscuits et mégots de cigarette

Et puis il y eut les amis, venus nous rendre visite quelques jours. Pas les mêmes qu’en mars, mais le résultat est similaire : une petite poubelle en quatre jours, évacuée à leur départ, avec à l’intérieur des emballages de biscuits pour enfant, de compléments alimentaires en poudre ou de viennoiseries, des mégots de cigarettes, des barquettes alimentaires en aluminium et une couche jetable.

Poubelle des amis (Photo SOSD)

Désarmant de regarder cette petite famille faire ses emplettes dans les magasins sans se soucier des déchets, amusant encore de voir mon amie faire la vaisselle à la brosse en bois et au savon de marseille, émettant quelques doutes sur l’hygiène parfaite de l’affaire… Si j’envie parfois leur relative insouciance, sans pour autant désirer, même secrètement !, revenir en arrière sur ces questions, je suis heureuse aussi de pouvoir leur transmettre certains « trucs » faciles et agréables de notre mode de vie. L’un est reparti avec l’idée que le papier absorbant peut être avantageusement remplacé par une serviette en lin en cuisine, l’autre avec celle des linguettes lavables aux toilettes.

Et je me dis : peut-être ne serons-nous plus aussi stricts avec nous-mêmes dans les mois ou les années à venir, en ce qui concerne les déchets ou la consommation de biens matériels. Mais nos réflexes ont changé, profondément. Particulièrement perceptible quand nous sommes en compagnie d’amis qui n’ont pas les mêmes comportements. Même si nous transgressons parfois nos propres règles, ce changement est entériné, et cela me rassure sur la pérennité de ce que nous mettons en place dans nos vies depuis plusieurs années, et plus particulièrement pendant ce temps SOSD.

Un grand apéro début septembre

A venir encore, deux poubellomètres, dont un poubello final ! et un grand bilan de cette expérience à la rentrée. Mais également, la date et le lieu d’un maxi-apéro que nous souhaitons organiser pour fêter la fin de ce défi familial, début septembre toujours. A noter dans vos agendas, enfin, une rencontre à la médiathèque de Mundolsheim le 8 septembre et un dernier échange SOSD au CINE de Bussierre le 23 novembre, à l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets.

Entre temps, nous partons quasiment tout le mois d’août en camping-car à travers la France, sans l’assurance de pouvoir composter nos déchets et donc de nous passer de poubelle. Mais je trouverai bien du wifi ici ou là pour vous faire part de nos efforts, surprises ou déconvenues, au fil de notre périple ! A moins que je n’achète un smartphone aujourd’hui ou demain… Nan, j’déconne !!

8 commentaires sur “8”

  1. Pour les éponges, il y en de supers lavables avec un côté doux en microfibre et un côté qui gratte. J’en avais trouvé sur am*zon mais ça doit pouvoir se trouver ailleurs.

  2. Passez par le Cantal avec votre caravane 😉 je connais une adresse où il y a du wifi et un bac a compost !
    Bonne vacances et bon courage pour cette nouvelle étape dans le défi! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *