Des produits d’hygiène ZD, par colis… rempli de plastique !

Colis Slow Cosmétique (Photo MH / SOSD)

Deuxième achat en ligne depuis septembre 2017 et deuxième gros fail en matière de déchets ! Après les compléments alimentaires en novembre dernier, compléments que je teste régulièrement dans le cadre de ma formation de naturopathe, ce sont les produits d’hygiène zéro déchet (un comble !), achetés sur le site Slow Cosmétique, qui sont arrivés dans un colis, calés par des boudins en plastique ! Les mêmes que ceux des compléments… Je ne me suis pas méfiée en amont, pensant, bien naïvement, qu’un site de vente éthique et ZD ferait attention à la façon d’emballer ses produits « naturels », en l’occurence des shampoings solides pour adultes et pour enfants, du rhassoul (argile sur-fine) et de l’huile de chanvre, le tout sur les conseils du blog Echos Verts (que je kiffe !).

Boudins en plastoc sur les bras !

Outre le fait que le test du shampoing enfant est très concluant (mousse bien, sent bon…), je me retrouve avec ces boudins en plastoc sur les bras, qui resserviront, soyez-en certains, à caler des trucs dans un colis que j’enverrai (probablement chez ma sœur, prépare-toi !). Externalisation du déchet ? Je plaide coupable. Mais la taille de ma poubelle ne me permet pas d’envisager une stratégie alternative, sinon le retour à l’envoyeur (encore). Je songe néanmoins à envoyer, sinon le plastique lui-même, mais un petit mail à qui de droit pour souligner l’incohérence de la démarche.

Les shampoings solides Pachamamaï (Photo MH / SOSD)

Du côté de la poubelle joker, le remplissage était plutôt lent jusqu’à présent, avec quelques tubes de colle, effaceurs et autres feutres d’ardoise des trousses d’école. Il a passé un cap cette semaine avec le remplacement d’une des quatre cartouches de l’imprimante qui me sert pour mon travail et ma formation, sachant que deux autres couleurs donnent également des signes de faiblesse…

Combiner sobriété numérique, coût et SOSD

Des achats et déchets « nécessaires », mais qui soulignent, s’il en était besoin, la difficulté de tout combiner : sobriété numérique (ne pas passer mes heures de cours devant un écran, mais travailler plutôt sur papier…), coût financier (jusqu’à fin 2016, je faisais faire des impressions dans une boutique de reprographie de mon quartier, mais la manip’ me coûtait un bras et manquait de praticité et de réactivité) et principes SOSD : les sacrifiés de l’histoire ! Le #poubellomètre de janvier est prévu pour la semaine prochaine, en espérant qu’on fera mieux en février ! 🙂

Recharges d’imprimante (Photo MH / SOSD)

5 commentaires sur “5”

  1. Ma savonnerie préférée m’envoie mes savons et barres de shampooing solides entourés de papier kraft dans des enveloppes cartonnées 😉
    (mais ce sont bien les seuls de nos fournisseurs « en ligne » à le faire.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *