Les feutres et stylos-billes : recycler ou s’en passer

Feutres usagés de Simon (Photo MH / SOSD)

Simon est un dessinateur doué et ultra-productif (oui, mon fils, c’est le meilleur :-)). Il dessine le plus souvent au crayon de papier ou au stylo (bille, non-rechargeable, pfff), mais a également à sa disposition pas mal de feutres de notre vie d’avant et de crayons de couleur (en bois brut, compostables, ou entourés de film plastique coloré, burk).

Pendant ces vacances, j’ai opéré, comme tous les 6 mois environ, un petit tri de son bazar (relatif), et testé les feutres restants. Une demi-douzaine est mûre pour la poubelle, qui se charge de fait de ces cadavres avec ou sans bouchons. Ou pas : car après une recherche minimale, je suis tombée sur le programme de tri gratuit* (ou plutôt financé par la marque Bic, qui y a tout intérêt…) de matériel d’écriture par Terracycle. Via ce programme, nos stylos pourraient être recyclés en mobilier de jardin, yeah !

Points de collecte… dans le Haut-Rhin

Pour les particuliers strasbourgeois, l’exercice n’est pas aisé puisque les points de collecte sont situés pour le moment à Colmar et en banlieue de Mulhouse (voir carte interactive). De même, à moins de 20 kilos de collecte, les « points » remportés ne sont pas suffisants pour avoir la possibilité de reverser un montant X à l’association de notre choix. Néanmoins, au vu de la quantité que nous aurons collectée à la fin de l’année dans nos diverses poubelles (les nôtres + la poubelle joker école), j’aviserai quant à l’opportunité d’envoyer un colis ou non. En revanche, pour les écoles, les administrations, les associations, etc., la manip est très intéressante ! Lancez-vous (ou adoptez des pratiques plus ZD, hein…) !

Bien sûr, ce n’est pas demain la veille que je rachèterai ce type de produits, à part (peut-être) les fournitures réclamées spécifiquement par les enseignants. L’idée générale, pour les feutres comme pour le reste du matériel scolaire, est néanmoins de ne remplacer que ce qui est mort et bien mort, de privilégier des marques de qualité, avec le moins de produits chimiques possible (gomme naturelle, colle « bio » ou maison…). Parce que, non soumis à une réglementation particulière, comme le dénonçait l’UFC Que Choisir en 2016, le matériel scolaire est souvent une bombe à phtalates ou allergènes, hautement toxiques pour les enfants !

Warning : génération spontanée de stylos à bille !

Chez nous, on n’est pas très bon pour ce qui est du bureau zéro déchet. J’ai bien un magnifique stylo plume avec réservoir amovible à piston et son encrier qui va bien (mon cadeau de Marc que je préfère), mais je m’en sers très peu. J’ai toujours des stylos à bille à terminer, qui viennent soit de mon ancien bureau (Rue89 Strasbourg en crame X mille par an, à bons entendeurs !!), soit des fournitures scolaires des enfants : vous savez, ces lots énormes de stylos-billes qui permettent d’équiper une classe entière pour quelques euros… Bref, j’ai beau ne plus rien acheter, et encore moins des produits en plastique, le stock descend très lentement. (Heureusement que je ne prends jamais nulle part aucun stylos publicitaires… On serait rendu en 2050 !)

Pour glaner des idées ZD au bureau et à l’école, j’ai bien apprécié le billet des Petits Homeschollers sur le sujet (mes enfants ont les mêmes stylos à plume de la marque Lamy « apprentissage », ils sont top), et bien sûr, celui d’Echos Verts, qui pousse très loin la réflexion, intégrant les notions de veganisme et de gestion durable des forêts ! J’adhère 🙂

Stylo à plume et encrier (Photo MH / SOSD)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *