Nos vacances décalées au pays des déchets

Verres à dents suremballés à l’hôtel – Thés de Gaïa en mode packaging restaurant (Photos MH / SOSD)

Les vacances, on est d’accord, c’est l’occasion de faire un pas de côté, d’explorer de nouveaux rivages, d’oublier quelques temps les routines du quotidien. Et, pour notre petite famille, ça n’a pas loupé : durant notre petite virée du Nouvel An à Paris et à Etretat, nous avons éprouvé durement notre routine SOSD.

Bienfaits du « sans achat » : une escapade à la mer dans un hôtel avec vue

Pour être précis, le volet « sans achat » de notre défi n’a pas dérapé : pas de cadeaux souvenirs ni de vêtements achetés marins achetés le long de la plage, check ! Les bienfaits du « sans achat » sur notre budget, au bout de 4 mois de défi, nous ont permis cette petite escapade immatérielle dans un charmant hôtel d’Etretat, avec vue sur mer, pour le plaisir reposant, quoique venteux, d’une grosse bouffée de grand air marin.

Par contre, le tourisme est-il compatible avec le zéro déchet ? Nos étapes parisiennes, dans la famille ou chez nos amis, nous ont mis au contact du « vrai » monde, où la poubelle fait partie de ces objets qu’on oublie tant ils paraissent incontournables.

Redécouvert le geste de déchirer l’emballage plastifié de tranches de jambon

Marie, puis moi, avons redécouvert, par exemple, le geste de déchirer l’emballage plastifié de tranches de jambon ou de bacon, chez mamie ou destinés à un brunch entre amis. Ou la feuille de cuisson du même bacon livré au four. Ou encore les serviettes jetables. Ou encore les emballages plastiques des bagels. Et, au final, ce geste oublié d’ouvrir la poubelle, d’y jeter ces détritus, en les tassant pour qu’elle puisse être refermée. Je ne dirais pas que ça a été grisant, mais il y avait un peu d’une expérience de nouveauté, un peu décalée, telle qu’on peut en vivre pendant les vacances…

Que dire de notre séjour à l’hôtel ? S’il y avait des hôtels zéro déchet, ça se saurait, non ? Le nôtre, perché sur les hauteurs d’Etretat, était de bon confort, très accueillant pour notre petite famille, de quoi passer un très bon séjour, ce qui fut le cas.

Extinction des lampes et consommation de la chasse d’eau

Vous l’aurez peut-être remarqué, tous les hôtels se targuent maintenant d’être « sensibles à l’environnement », en contrôlant mieux le chauffage de votre chambre, l’extinction de vos lampes et la consommation de votre chasse d’eau. Geste optimal, désormais bien ancré : déposez vos serviettes usagées pour que nous ne lavions que le linge vraiment sale et économisions ainsi de l’eau, de la lessive, de l’énergie et du temps.

Nul part ailleurs que dans les hôtels, écologie ne semble mieux rimer avec… économies. Mais dès que l’engagement écologique risque de coûter un trop gros effort, qu’il soit financier ou pratique, ça n’est plus la même chose. La cohérence n’est pas à l’ordre du jour, qui voudrait, par exemple, qu’on délaisse ces dosettes de produits de toilette ou verres à dents suremballées, ces mouchoirs jetables, dans les salles de bain ; ces confitures individuelles ou, bien sûr, ces portions individuelles de Nutella, toujours servies au petit-déjeuner. Sans parler de la qualité de la nourriture, très éloignée des standards écologiques ou de santé, dont on pourrait bénéficier dans un hôtel « sensible à l’environnement ».

L’hôtellerie vraiment écolo n’a pas le vent en poupe

A Etretat, l’honneur écologique est sauvé par La Salamandre, restaurant bio situé dans le centre-ville (qui propose des thé Jardin de Gaïa… mais emballés dans du plastique). Quant à elle, la crêperie Lann Bihoué n’est pas bio, mais c’est la meilleure crêperie de tous les temps ! En France, l’hôtellerie vraiment écolo n’a pas le vent en poupe. De rares marques ou labels, souvent venues des pays anglo-saxons, essaient de se maintenir. Tapez « hôtels écologiques en France » et vous tomberez néanmoins sur quelques belles exceptions. Mais aucune à Etretat.

Tempête Eleanor à Etretat ! (Photo MH / SOSD)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *