Notre budget alimentation zéro déchet pour 4 personnes

Knacks et levure (Photo MH / SOSD)

Sujet délicat. Certains trouveront notre budget énorme, d’autres l’estimeront rikiki. Pour nous, après quelques semaines, c’est toujours la quadrature du cercle, avec un budget pas encore stabilisé. Les difficultés sont les suivantes : notre priorité est de manger bio, pour des raisons de santé d’abord, des considérations écologiques et éthiques ensuite (ou l’inverse). Nous mangeons donc à 99% bio, et il n’est pas toujours aisé de trouver du bio en vrac (autre vaste sujet). Deuxième exigence donc : sans emballage. Et puis, troisième difficulté, acheter bio et en vrac, c’est acheter à différents endroits et différents moments dans la semaine. Il fait donc s’organiser. Or, pour nous, cette routine n’est pas encore en place…

Une somme fixe en liquide chaque semaine

Ensuite, pas possible de réellement comparer les budgets avant et après le début du défi, parce qu’avant nous ne comptions pas (on est comme ça, plutôt cigales que fourmis). Nous faisions nos comptes au doigt mouillé et constations avec bonheur ou malheur le reste à dépenser ou, au contraire, le déficit à la fin du mois. Pour les besoins de la narration (et ceux de notre porte-monnaie qui a largement maigri), nous nous sommes mis à établir un budget et à retirer en début de semaine une somme fixe en liquide, correspondant à nos dépenses estimées en alimentation pour 4 personnes pendant 5 à 7 jours (sachant que nous n’avons pas les enfants à tous les repas, puisqu’ils en prennent un certain nombre chez leur père, et que les week-ends sont comptabilisés différemment quand je les passe à Paris pour ma formation).

Bref : pendant le mois de septembre, nous avons dépensé 100€ par semaine en alimentation. Mais cette somme a été très difficile à gérer. Et pour cause, nos besoins ont varié d’une semaine à l’autre, en fonction de nos invités (les copains des enfants, les nôtres…), de nos besoins en épicerie (on ne va pas chaque semaine chez Naturalia ou autre…), de l’organisation d’un apéro, etc.

Si je vais dans un supermarché bio le lundi, achète du pain à la boulangerie et du chocolat (en face) le mardi, du poisson le mercredi, du vin et du saucisson le vendredi chez le caviste et vais au marché le samedi, il ne reste que quelques euros pour le marché. Si en revanche, je vais chez le producteur de légumes bio (Jardin de Marthe) le lundi, à la boulangerie (pain, farine, levure…) et à l’épicerie (type Day by Day) le mercredi et au marché le samedi, je m’en sors à peu près… Mais exit le chocolat et la viande ou le poisson frais. Tout est fonction donc de notre envie de douceur (et d’alcool), mais aussi et surtout de notre consommation de protéines animales (chères, en vrac et bio, surtout à la Robertsau !), de notre temps disponible et de nos repas pris à l’extérieur.

Au mois d’octobre : 120€ par semaine

Je vais donc augmenter ce budget de 20€ par semaine au mois d’octobre, pour voir si ça marche un peu mieux. Il me faut aussi trouver un vrai nouveau rythme et privilégier les achats en gros, notamment chez le producteur de légumes et au marché. Les fruits et la viande/poisson restent problématiques niveau budget. Je pense devoir les acheter ailleurs que dans le secteur. S’en passer ? Nous l’avons fait pendant plusieurs années de végétarisme, mais ce n’est plus notre choix aujourd’hui.

Nous consommons des petits poissons (maquereaux, sardines, foie de morue…) en boîte deux à trois fois par semaine en très petite quantité par personne et un poisson frais ou une viande blanche (voire des saucisses parfois, ou du jambon quand les enfants ont des copains) une fois par semaine. Impossible cependant de prendre la viande en gros chez un producteur : d’abord, elle est vendue sous vide dans des contenants en plastique, ensuite il faut la conserver au congélateur et nous n’en avons pas.

Bien sûr, dans tous ces items, vous ne trouvez ni plats préparés, ni desserts industriels, ni goûters suremballés, ni laitages de type yaourts ou lait. Nous ne mangeons rien de tout ça. Une fois tous les 15 jours, nous prenons du fromage au marché (si le budget le permet), mangeons des œufs, des tartines, des crudités ou du muesli le matin, déjeunons ou dînons dehors une fois ou deux par semaine, glissons une gamelle de salade dans le sac pour le bureau, ne grignotons que des fruits frais ou secs au goûter (pour ceux qui en prennent). Mais sur l’alimentation, il y aurait tant à dire, que ce sera dans un autre billet…

En attendant, si vous avez des plans bio et ZD, pas trop chers à Strasbourg, hors légumes et fruits, je suis preneuse !

1 commentaire sur “1”

  1. Bonjour Marie,

    Ton article, tout à fait intéressant, fait écho aux réflexions que nous avons mon copain et moi.

    En ce qui nous concerne, nous sommes végétariens, moi pratiquement vegan. En plus, je suis très intolérant à pas mal d’aliments, dont le gluten. Du coup, nous ne mangeons extrêmement peu à l’extérieur. Ce qui n’est pas spécialement un problème, puisque j’adore cuisiner. Enfin, je pratique le jeûne intermittent – je ne dîne pas.

    Enfin de compte, notre budget course par semaine est assez sobre, même si nous en profitons pour acheter bio et en vrac au maximum. Je cuisine beaucoup avec les légumes secs, les graines, les fruits secs et les céréales, tout comme les épices que j’utilise beaucoup. Le weekend, je fais toujours un dessert, genre gâteau – ce weekend, j’ai prévu de faire un gâteau de semoule de maïs/fruits secs, par exemple.

    On va essayer de mesurer ce que ça représente concrètement, mais à la louche on doit être au alentour de 70€/semaine.

    A très vite et merci pour ce que tu fais !

    Amitiés,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *