Poubellomètre #mai18

Poubellomètre mai 2018 (SOSD)

Dernier trimestre, dernière ligne droite, et heureusement, parce que nos poubelles résiduelles sont déjà bien remplies ! Pourtant, c’est pas faute de. On y bosse, on vous assure.

Mais – exemple – l’autocollant « stop pub » qui nous a été donné contre un petit don au festival ZD (oui, on en avait déjà un sur la boîte aux lettres, mais c’est une manière de soutenir, hein…!) n’était pas collé sur du papier recyclable (ci-dessous, rond vert sur fond blanc). Nous aurions pu donner des sous sans prendre en retour, vrai, mais on leur fait de la pub, on fait le bien 🙂

On n’est pas parfait, mais on tient bon, donc. Et à cause/malgré ça, ça se remplit lentement mais sûrement.

Lot de trois cahiers emballés

Fail again, mi-travail mi-perso, j’ai acheté un lot de trois cahiers Moleskine dont j’étais à court (pas vendu au détail). Comme tout lot qui se respecte, il était entouré de plastique (dans ma poubelle – celle de droite ci-dessous, en bas à gauche). Marc lui, a été plutôt bon en mai, avec l’un ou l’autre micro-déchet comme cette étiquette autocollante de légumes, que je laisse au magasin habituellement après la pesée, qu’il a laissé collée au sachet.

Poubellomètre – Marc et Marie – Mai 2018 (Photo SOSD)

Chez les enfants, du plastique Lego et une paille pour Simon, qui continue à dépenser les sous de son anniversaire sans tenir compte du zéro déchet (ça « infuse » chez lui quand même, malgré ses efforts pour ne pas se laisser contaminer, hé hé…). Il n’a plus un kopeck et c’est tant mieux parce que sa poubelle est pas mal pleine…

Un vieux baume à lèvres périmé

Il a aussi des mini-morceaux de crayons et, comme Alice, Marc ou moi, quelque mini-trucs de temps en temps, comme un bout de fil ou de plastique cassé, une agrafe, etc. Dans sa poubelle, Alice a un vieux baume pour les lèvres périmé depuis deux ans, qu’elle a jeté à contre-cœur, sous ma pression. Elle en conserve un autre (le même), périmé de bien moins longue date, dont elle aime se tartiner les lèvres de temps en temps… Sans danger à mon sens.

Poubellomètre – Alice et Simon – Mai 2018 (Photo SOSD)

Si l’on a parfois l’impression de baisser la garde, notamment à l’extérieur, nous sentons que des habitudes ZD sont prises et bien prises. Le cerveau analyse parfois une envie (alimentaire) au prisme du ZD avant même que nous fassions cet effort de façon consciente – c’est mon cas à tout le moins. Concernant les achats matériels, ils restent ultra-exceptionnels, comme ces cahiers, dont j’avais besoin au quotidien, ou cette crème solaire, pour laquelle j’ai beaucoup hésité.

Donné un peu de mou au rayon soins

En matière de soins, j’ai donné du mou et acheté également une eau florale et un flacon de cassis en gemmothérapie (complément alimentaire à base de bourgeons de plantes), dans le cadre de ma formation de naturopathe. J’ai également acheté quelques livres de naturo/psycho, alors que je m’étais promise de me contenter de mon stock actuel… Dur, très dur.

Autre changement, j’ai accepté les dons de fringues pour adultes. Ma mère, qui gère une plaque tournante de dons textiles dans sa communauté, m’a trouvé quelques pulls et sweat-shirts, ainsi qu’une chemisette, et des chaussures pour Marc. Entre ses dons (que de l’occasion) et ceux de la fille d’une amie, les enfants ont quant à eux tout ce qui leur faut pour l’été !

Et bien sûr, notre fail principal qu’on récupère dans les tout prochains jours, dont on vous parlera plus avant la semaine prochaine… Un indice : il roule au diesel (au secours).

1 commentaire sur “1”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *