Quand le commerce contourne les stickers “Stop Pub”

Pub Simply (Photo MH / SOSD)

Au début de l’été, nous avons emménagé dans notre nouvel appartement et placé rapidement un sticker “Stop Pub” sur notre boîte aux lettres, histoire d’éviter d’être noyés sous la paperasse commerciale. Quelle ne fut pas notre surprise de recevoir ce que j’appellerai des « lettres de bienvenue commerciale », mais qui doit bien porter un nom dans le sabir marketing enseigné dans les écoles de commerce.

Lettre de bienvenue commerciale…!

« Bienvenue dans notre quartier, découvrez votre nouveau supermarché, 6 € de remise sur présentation de cette lettre »…! Le tout sous enveloppe, envoyé à notre adresse toute fraîche par Mediapost, une boite de comm’ parisienne, une de ces nombreuses boites de parasitisme publicitaire qui alimente et profite du marketing des objets. Direct dans la poubelle de recyclage, bien sûr !

Ils nous prennent vraiment pour des gogols. Si on suit leur logique, nous serions trop stupides pour ne pas choisir notre quartier où loger en fonction de ses équipements de toute nature (écoles, commerces, services publics, desserte en transport, etc.). Et puis, une fois installés, trop débiles pour ne pas repérer nous-mêmes les commerces dans lesquels trouver ce qui répond à nos besoins.

Mais le plus stupide dans cette histoire, c’est qu’en changeant de logement, nous n’avons pas pour autant changé de quartier. Ce qui fait que les supermarchés (et commerces : Darty est également sur la liste des coupables) qui nous envoient ces lettres, on les connait déjà. Et on ne les fréquente pas, vu la bouffe industrielle et le sur-emballage systématique qu’ils proposent. Aucune chance pour qu’on morde à leur hameçon ! Double coup dans l’eau pour Mediapost et son client. Leur racolage publicitaire n’a servi qu’à remplir notre poubelle.

Les suspects sont nombreux

Dernière réflexion : je soupçonne La Poste, – qui est devenue experte en diversification -, d’avoir vendu à Mediapost notre changement d’adresse, à partir de son fichier des ordres de réexpédition du courrier, mais c’est hypothétique, puisque notre nouvelle adresse a été signalée à tous les organismes qui régissent nos vies (agence immobilière, notaires, assurances, impôts, CAF, mairie…). Les suspects sont donc nombreux, mais peu importe finalement celui qui a vendu notre nouvelle adresse, le piège se referme : nos données personnelles ne le sont plus (se dit-on naïvement sans doute…) et deviennent des marchandises qui sont vendues comme des petits pains.

2 commentaires sur “2”

  1. Ici nous avons eu jusqu’à des offres des restaurants du coin, personnalisée anis noms, afin que l’on vienne découvrir leur table!
    Idem… qui leur a fournit les infos???

  2. Je réponds systématiquement à ces courriers en demandant :
    – comment avez-vous obtenu mes coordonnées
    – merci de me désinscrire. C’est une obligation prévue par la loi qui m’a permis de réduire drastiquement les courriers publicitaires adressés aux précédents locataires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *