S’inspirer sans acheter, ou comment la panoplie ne fait pas le pâtissier

Gâteau et blinis d’Angélique (Photo MH / SOSD)

Ce week-end, nous avons passé un excellent moment chez une amie en région parisienne. Titulaire d’un CAP de pâtissière obtenu en formation continue, cette amie nous a régalé de gâteaux, amuse-bouches, tartinades, brioches et autres préparations végétales ou non, toutes meilleures les unes que les autres !

Robots, plats, ustensiles, à la pointe de la technologie

Pour préparer tous ces mets, Angélique dispose d’une grande cuisine très, très bien équipée. Robots, plats, ustensiles… Elle en a de toutes les tailles, de divers matériaux, souvent à la pointe de la technologie (exemple : le fameux Thermomix). Idem pour les ingrédients : elle s’est constituée un fond très large d’épices, herbes aromatiques, farines, oléagineux, huiles végétales, le tout d’excellente qualité. La regarder évoluer avec précision et aisance dans son univers et préparer avec goût ses plats généreux, m’a forcément donné envie de faire pareil. Envie teintée d’une pointe de jalousie et d’une ombre de culpabilité de ne pas être à sa hauteur. Des sentiments naturels, que j’analyse et accepte presque sans m’autoflageller. Un progrès !

Et puis, sur le retour, l’esprit vagabond, je me suis prise à penser : tiens, il me faudrait telle pince pour mélanger la salade, c’est si pratique ; tiens, si je veux faire les mêmes blinis, il me faudrait une poêle anti-adhésive plus grande ; tiens, pour varier les plaisirs avec les légumes crus, une râpe électrique m’est indispensable ; tiens, je pourrais préparer mes tisanes dans une Bodum à piston, quel dommage que j’ai balancée la mienne (ne consommant plus de café), il m’en faudrait une nouvelle, etc.

Avec, en arrière-plan, la petite voix : Marie, tu ne peux/veux rien acheter pendant encore 8 mois, cale-toi une semaine de magasinage en septembre 2018 pour te procurer au plus vite un maximum de ces objets. Dingue.

Envie de donner du plaisir

Me voilà donc, le lendemain, revenue à de plus raisonnables vues. Et d’une, je prends conscience de la chance que j’ai de compter parmi mes ami(e)s des personnes qui ont en eux cette énergie, ce talent, cet amour de la cuisine, mais aussi cette envie de donner du plaisir, de partager quelque chose de si vital et réconfortant. Et de deux, je me rends compte que l’inspiration est là, dans cet amour, et pas dans la réalisation concrète, encore moins dans l’équipement.

Bien sûr, je vais tenter de reproduire des choses, d’améliorer mes plats en piochant des idées, mais c’est cet élan que je voudrais faire mien. Prendre plus de plaisir à inviter des amis à déjeuner ou dîner, cuisiner pour eux, même si mes préparations ne sont pas aussi originales ou abouties (pour l’instant, hein).

Il y a 5 ou 6 ans, je ne cuisinais jamais, même pas un œuf au plat, ce n’était pas mon rayon mais celui de mon (ex) mari. J’ai fait beaucoup de progrès depuis et tente de veiller aussi bien aux goûts particuliers de chacun des membres de ma famille, tout en leur proposant chaque jour des repas équilibrés et vitalisants : des légumes, du cru et du cuit, des céréales les plus complètes et sans gluten possible (pas strictement, loin s’en faut), peu de laitages et de sucres, des fruits, des protéines variées (viande blanche ou poisson, une ou deux fois par semaine, des œufs, des champignons, des légumineuses, etc.). Le tout, bio et zéro déchet, svp.

En colère contre mes propres limites

Mais, c’est l’évidence, je ne suis pas une cuisinière sûre de moi, et encore moins fière de son tour de main. J’ai toujours peur que ça ne plaise pas, je monte sur mes grands chevaux à chaque fois que Marc ou les enfants font la grimace, en colère contre leur légitime critique, même prononcée du bout des lèvres (les pauvres !), autant que contre mes propres limites.

C’est cela que je veux décoincer aujourd’hui. Et une pince à salade ou un nouveau robot ne me seront d’aucune utilité pour parvenir à cela. C’est ce que notre défi me permet de réaliser. Que la panoplie ne fait pas le pâtissier, et que la confiance en soi et l’énergie sont les meilleures sources d’inspiration. Pour ça (comme pour ton accueil et tout le reste !), merci Angélique !

2 commentaires sur “2”

  1. Merci à vous pour ce partage. A refaire très vite !
    Et par ce que le partage c’est la vie 🙂 on se programme prochainement un atelier culinaire, celui de ton choix salé ou sucré 😀
    A très vite ma douce et très belle semaine à vous <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *